• 1994, les consoles 32 Bits déferlent sur le monde avec la Saturn de Sega puis surtout la Playstation de Sony. Après les succès de la Nes et de la Super Nes, Nintendo réagit face à cette concurrence agressive avec la Nintendo 64. Une déception commerciale mais un mythe vidéoludique.

    Nintendo 64 © 

    Mais Nintendo le fera d'abord avec une console expérimentale : le Virtual Boy imaginé par l'inventeur de la Game Boy, le génial Gunpei Yokoi. L'échec sera pourtant cuisant et les maux de crâne procurés par la machine dantesques. La firme japonaise va alors imaginer une console de salon plus adaptée aux goûts des consommateurs et surtout très puissante : la Nintendo 64.

    Mais ce choix de la cartouche n'est pas du goût des studios de développement : ils sont en effet obligés de créer des jeux aussi bons que sur Playstation dans un espace six fois moins important. Conséquence : une ludothèque plutôt chiche.

    Mario 64, GoldenEye, Mario Kart 64, Paper Mario, Super Smash Bros., The Legend of Zelda : Ocarina of Time, malgré quelques chefs-d'œuvre, la Nintendo 64 sera considéré comme un semi-échec avec près de 30 millions de machines écoulées. Paradoxalement, Nintendo n'a jamais gagné autant d'argent qu'avec cette N64, grâce aux royalties.

    Intervenants : Patrick Hellio, journaliste jeu vidéo à eurogamer.fr ; Julien Chièze co-fondateur du site Gameblog.fr

    Quelques titres majeurs : Mario 64, Mario Kart 64, The Legend Of Zelda: Majora's Mask, Perfect Dark, Banjo & Kazooie, FZero X Goldeneye, The Legend of Zelda: Ocarina of Time, DiddyKong Racing Mario Party, Donkey Kong 64, Castlevania Legacy of Darkness

     

    Vidéo(s)

     

    votre commentaire
  • Finalement, le principal défaut d'une console de jeux, c'est qu'on ne peut partager la télévision du salon en deux. En 1982, la Vectrex, avec son écran intégré, avait pour mission de donner aux joueurs tout loisir de vivre leur passion.

    Vectrex © 

    Fin 1982, la société américaine Milton Bradley ou MB pour les intimes eut l'ingénieuse idée de lancer une console dotée d'un écran intégré : La Vectrex. Une innovation si spectaculaire que Dorothée et Antoine de Caunes la présentèrent à la télévision française en mai 1983.

    Une autonomie singulière supportée également par un affichage peu conventionnel, autrement appelé affichage "vectoriel".  Sortie fin 1982 aux Etats-Unis, la Vectrex fut malheureusement une des victimes collatérales du krach du jeu vidéo en 1983, et sa production fut stoppée l'année suivante. Entre temps, une trentaine de jeux ont quand même pu voir le jour, de Scramble à Space Wars. Unique en son genre, la Vectrex inspire encore aujourd'hui un véritable culte : sites dédiés, émulateurs, et plus surprenant, de nouveaux jeux voient encore le jour.

    Intervenant : Philippe Dubois, président et co-fondateur de l'associationmo5.com

    Quelques titres majeurs : Scramble, Berzerk, Pole Position, Spike, Cosmic Chasm

    Vidéo(s)

     

    votre commentaire
  • Avant-gardiste, la Dreamcast marqua pourtant la dernière aventure de Sega dans le monde des constructeurs de consoles.

     

    Dreamcast © 

    Certes, ce rêve de joueur fait fort mais après l'échec commercial de sa dernière console, la Saturn, Sega n'a plus vraiment le choix. Avec la Dreamcast : c'est marge ou crève. La Grande Faucheuse se nommera Sony.

    Daytona USA, Shenmue, Virtua Tennis, ChuChu Rocket autant de grands jeux qui font de la Dreamcast, malgré son échec cuisant, une console encore séduisante. 

    Avec la Dreamcast s'achève donc l'aventure Sega dans le monde des constructeurs, la société se retira début 2001 pour se consacrer exclusivement au développement de jeux. La Dreamcast conserve toujours cette aura de console maudite si avant-gardiste qu'en 2009, une entreprise américaine se décida même à recommercialiser, de façon limitée, ce beau chant du cygne.

    Intervenants : Patrick Hellio, journaliste jeu vidéo à eurogamer.frDaniel Ichbiah, auteur de la Saga des jeux vidéo aux éditions Pix'n Love.

    Quelques titres majeurs : Shenmue I, Shenmue II, Resident Evil: Code Veronica, The Nomad Soul, Soul Calibur, Power stone 1 et 2, Virtua Fighter, Dead or Alive 2, Crazy taxy


    votre commentaire
  • Faire simple plutôt que compliqué. Avec la Wii, le jeu vidéo s'affranchit de la manette classique pour la reconnaissance de mouvement. Techniquement plus faible que ses concurrentes, elle va pourtant donner le la de sa génération.

     

    Wii ©

    Être là où les autres ne sont pas. Été 2006, lors du salon de l'E3 à Los Angeles, fait un véritable hold-up up en présentant sa nouvelle console la Wii et une nouvelle philosophie : faire simple et intuitif.

    Et alors que la Xbox 360 et la future PS3 affichent des graphismes haute définition pour dominer le marché, la Wii n'en a que faire. Pour Nintendo, plusieurs consoles puissantes ne peuvent cohabiter sur le marché et le jeu vidéo a fini par devenir trop compliqué pour les gens. En passant par la reconnaissance de mouvement, elle compte séduire les enfants mais aussi les parents et pourquoi par les grands-parents. 

    Le pari fonctionne de manière inattendue. Noël 2007, la Wii est introuvable dans les magasins, une rupture de stock mondialisée qui n'empêchera pas cette console de détenir aujourd'hui plus de 40% de part de marché avec près de 100 millions de machines vendues.

    Intervenants : Daniel Ichbiah, auteur de la Saga des jeux vidéo aux éditions Pix'n Love. Guillaume Delalande, journaliste nouvelle technologie à LCI.

    Quelques titres majeurs : Super Mario Galaxy 1 et 2, The Legend of Zelda: Twilight Princess, Okami, Mario Kart Wii, New Super Mario Bros Wii, No More Heroes 1 et 2


    votre commentaire
  • Bien avant Apple et son iPhone, Nintendo imposa le tactile avec sa DS, console portable qui su séduire au-delà des frontières traditionnelles du jeu vidéo.

     

    Nintendo DS © 

    Le petit monde du jeu vidéo accueille en 2005 la Nintendo DS, nouvelle console portable du japonais Nintendo. C'est elle qui doit succéder à la mythique Game Boy et surtout répondre au concurrent Sony et sa PSP. Le credo de la DS est bref : pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. 

    Voilà donc la révolution : deux écrans dont un tactile à utiliser avec un stylet. Une Nintendo DS qui vise explicitement le public féminin avec des jeux dit casual, occasionnel, comme Dr Kawashima ou Nintendogs. Mais la DS c'est aussi Mario, Zelda et autre Pokémon, une console qui aurait pu séduire dès son lancement, mais il n'en fut rien, la faute à un design en forme de vaisseau spatial pour le moins repoussant.

    Nintendo DS puis DS Lite, DSi et enfin DSi XL, la petite sœur de la Gameboy s'est tout de même écoulée par la suite à plus de 150 millions d'exemplaires sous ses différentes versions. Et ce n'est peut être pas fini. Un nouvel épisode des Pokémon sortira le 27 juillet prochain sur cette console increvable, l'une des plus populaires de l'histoire du jeu vidéo.

    Intervenants : Daniel Ichbiah, auteur de la Saga des jeux vidéo aux éditions Pix'n Love. Guillaume Delalande, journaliste nouvelle technologie à LCI.

    Quelques titres majeurs : Mario Kart DS, Inazuma Eleven, Dragon Quest IX, Professeur Layton Et Le Destin Perdu, Professeur Layton Et l'Etrange Village, The Legend Of Zelda : Phantom Hourglass, New Super Mario Bros, Pokémon Version Platine.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique