• Ce n'est ni une console, ni un ordinateur, mais pourtant, avec le Kinect, initialement connu sous le nom de code Project Natal, Microsoft va parachever un rêve de joueur : jouer sans manette.

     

    Kinect © 

    Le Kinect, c'est ce périphérique destiné à la console Xbox 360 se basant sur la reconnaissance de mouvement. En 2006, c'est Nintendo qui avait initié cette révolution avec sa console Wii. Mais avec cette Wii au succès fulgurant, il y a encore une manette, la wiimote, certes simple, mais toujours présente. Microsoft imagine alors l'impossible.

    Et ce Kinect sera un véritable carton. Le 11 mars 2011, Kinect entre au livre Guinness des records comme étant " l'accessoire high-tech le plus vendu dans un court laps de temps " avec 10 millions d'unités vendues. Un miracle qui doit tout à une astuce prémonitoire. Kinect qui se révélera parfait pour se dandiner dans le salon en famille ou entre copains.

    Et la révolution Kinect ne s'arrête pas au jeu vidéo. le périphérique trouvant d'étonnantes applications dans l'éducation, le marketing et surtout la santé.

    Intervenants : Daniel Ichbiah, auteur de la Saga des jeux vidéo aux éditions Pix'n LoveSalomé Lagresle, V Reporter pour The Voice.

    Quelques titres majeurs : Dance Central 2, Child of Eden, Kinectimals, Kinect Disneyland Adventures, Your Shape : Fitness Evolved 2012, Kinect Sport.


    votre commentaire
  • Elle est la console par excellence même si elle n'est pas la première. L'Atari VCS (Video Computer System), nom de code CX-2600, est née sous le soleil de Californie en Octobre 1977 et n'arrivera en France qu'en 1981.

     

    Atari VCS 2600 © 

    En Hexagone, on a alors Dieu que pour Indiana Jones et ses aventures rocambolesques ou pour Snake Plissken et son New York délinquant. Et pourtant. L'Atari VCS 2600 va être la première à populariser mondialement le marché des consoles de salon.

    Et malgré la concurrence pléthorique des autres consoles de l'époque : Videopac, Intellivision, Vectrex et autre Colecovision, l'Atari VCS 2600 connaîtra un succès sans précédent. On parle de 80% du parc mondial de consoles. La chute n'en sera que plus terrible pour l'ensemble du secteur.

    Des jeux chers, de mauvaises qualités, voilà les cause du premier crack de l'histoire des jeux vidéo en 1983. Quelques mois plus tard, c'est au Japon que le jeu vidéo va renaître de ses cendres. Le sauveur s'appellera Nintendo.

    Intervenants : Philippe Dubois, président et co-fondateur de l'association mo5.com ; Daniel Ichbiah, auteur de la Saga des jeux vidéo aux éditions Pix'n Love

    Quelques titres majeurs : Pitfall 2, Combat, Vanguard, H.E.R.O., Phoenix, Asteroids, Berzerk, Les Schtroumpfs.


    votre commentaire
  • La jalousie, moteur principal de l'innovation vidéoludique. 1978, devant le succès grandissant de la console Atari VCS, le directeur de la recherche et développement de Mattel, Richard Chang, est jaloux, envieux et il se dit que sa belle compagnie devrait étudier la possibilité de sortir un produit concurrent.

     

    Intellivision © 

    Si à l'époque, l'entreprise Mattel fait toujours la poupée Barbie, elle va tout de même accouché de la Intellivision, première console de jeux 16 bits.

    En prime, l'Intellivision est dotée d'un design original, rectangulaire, fine et ornée d'une finition en imitation bois qui lui permet de côtoyer sans problème les appareils hi-fi ou vidéo du salon. Les manettes, elles, sont plutôt étranges, plates comme des télécommandes, elles sont équipées d'un disque plat que le joueur presse dans toutes les directions pour diriger son personnage. Pas vraiment maniable et si l'un d'entre eux tombe en panne, c'est toute la console qu'il faut porter en réparation. Mattel est encore un enfant dans ce monde du jeu vidéo pas si ludique.

    Et c'est cette différence qui fera de l'Intellivision un demi-échec avec plus de 6 millions de consoles vendues au cours d'une décennie de carrière, sans oubliez plus de 130 jeux produits. En 1990, Mattel décide de stopper toutes ses activités liées à l'Intellivision pour se lancer dans l'édition de jeux sur consoles Nintendo et Sega.

    Intervenant : Philippe Dubois, président et co-fondateur de l'associationmo5.com

    Quelques titres majeurs : Burger Time, Utopia, Star Strike, Sub Hunt, Shark! Shark!, NFL Football, NHL Hockey, Tron Deadly Disc, Imagic.


    votre commentaire
  • En août 1982, l'entreprise Commodore lançait le Commodore 64, l'une des machines les plus connues de l'informatique. Son nom est désormais à ranger au rayon des madeleines de Proust.

    Commodore 64 © 

    Le C64 demeure toujours l'un des ordinateurs les plus marquants de l'histoire et ce, grâce aux jeux vidéo, et des titres incontournables comme Pitstop II, Boulder Dash, Commando ou Impossible Mission. Conçu par Commodore Business Machines, le C64 a été présenté pour la première fois au public en aout 1982 à Las Vegas. 

    Et si en 1982, l'innovation française donne naissance d'Amandine, premier bébé éprouvette français, côté informatique, le commodore 64 fait figure à sa sortie de bombe technologique, où l'on on pouvait rajouter quelques périphériques devenus légendaires : le mythique lecteur de cassettes ou encore le lecteur de disquettes 5 pouces ¼. Le C64 qui est toujours l'ordinateur le plus vendu au monde avec pas moins de 22 millions d'unités écoulées durant une bonne dizaine d'années. 

    Preuve de cette nostalgie toujours présente autour de cette machine joueuse qui fête cette année ses 30 ans, on ne compte plus les détournements réalisés autour du Commodore 64 : basse, guitare, canapé, une nouvelle version du C64 est même sortie en 2011 dans le boitier d'origine mais avec une carte mère d'un ordinateur d'aujourd'hui.

    Intervenant : Philippe Dubois, président et co-fondateur de l'associationmo5.com

    Quelques titres majeurs : Commando, The Great Giana Sisters, Impossible Mission, Bruce Lee, Target Renegade, Rambo II, Pitstop II, Ghost'n Goblins, Boulder Dash, Spy Vs Spy 2, Aztec challenge.

     

    Vidéo(s)


    votre commentaire
  • C'est tout simplement LE premier jeu vidéo à connaître un succès populaire. Non seulement Pong va lancer la compagnie Atari au firmament du secteur pour de longues années, mais ce premier carton va instaurer le jeu vidéo comme marché économique viable.

     

    Pong © 

    Crée par Nolan Bushnell, qui s'est lui-même largement inspiré de la console Odyssey de Ralph Baer, ce qui lui vaudra quelques déboires juridiques, Pong est tout simplement l'adaptation du tennis de table en jeu vidéo. Deux traits pour les raquettes, un carré pour la balle, sommaire mais efficace. 

    Et c'est le 29 novembre 1972, que Nolan Bushnell et Al Alcorn installent la première borne d'Arcade Pong dans le Andy Capp's Tavern à Sunnyvale. Après deux jours, le bouche à oreille aidant, c'est une longue file d'attente que l'on peut apercevoir avant même l'entrée du bar. Le jeu sera mis hors-service très vite car le carton qui servait de réceptacle pour les pièces débordait. L'origine même du terme borne d'arcade relève lui de l'évidence. Vous le saurez en écoutant cette chronique bondissante.

    Intervenants : Erwan Cario, journaliste au quotdien Libération ; Philippe Dubois, président et co-fondateur de l'association mo5.com


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique